Rapport final JPEE 2016

Introduction

Le contexte énergétique burkinabè est caractérisé par :

-     une forte dépendance de la production d’électricité aux combustibles fossiles importés qui grèvent la compétitivité de l’économie et limitent l’accès des énergies modernes à une large majorité des ménages ;

-     une demande d’énergie en forte croissance, environ 12% par an due notamment au développement des activités économiques et à la croissance ;

-     des difficultés pour satisfaire la demande à la pointe ;

 

-     une contrainte d’exploitation du réseau à la pointe.

En vue d’apporter des solutions à cette problématique de l’énergie, le Ministère de l’Energie, des mines et des carrières s’est engagé sur la voie de la promotion des économies d’énergie, en mettant entre autres, l’accent sur les technologies économes et les actions d’information, de formation et de sensibilisation pour une meilleure utilisation rationnelle de l’électricité.

Les journées de Promotion des Economies d’Energie (JPEE) initiées depuis l’année 2010 ont été une des actions réalisées pour diffuser les connaissances et les informations utiles à la compréhension et à la promotion de l’efficacité énergétique dans les différents secteurs d’activités de notre pays. Au regard du succès de ces journées et avec le soutien du Projet d’appui au Secteur de l’Electricité (PASEL), le Ministère en charge de  l’Energie a organisé les JPEE 2016 du 6 au 8 mai 2016 sur le site du SIAO à Ouagadougou.

Pour assurer une synergie des actions des initiatives qui promeuvent l’énergie (énergies conventionnelles, énergies renouvelables, efficacité énergétique) au Burkina Faso et en Afrique, le Ministère en charge de l’Energie a institué la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA). Aussi la première édition de la SEERA fédère les JPEE et le SIERO (Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables de Ouagadougou) qui est une initiative d’un promoteur du secteur privé.


 

1.PREPARATION DES JOURNEES

 

1.1 ANALYSE DES BILANS DES JOURNEES REALISEES

L’analyse des bilans des journées réalisées s’est fondée sur le rapport général des Journées de la maitrise de l’énergie qui s’est déroulée du 13 au 15 décembre 2011 à Ouagadougou sur le thème « Comment maitriser sa consommation d’électricité au bureau ou à domicile ? ». Il s’agit du seul rapport  disponible au sein du Ministère en charge de l’énergie sur l’organisation des journées relatives à la maitrise de l’énergie ou de l’efficacité énergétique : http://www.mediaterre.org/afrique-ouest/actu,20111130143250.html

La principale recommandation issue du rapport général porte sur l’institutionnalisation de ces journées et l’organisation des présentes Journées de Promotion des Economie d’Energie s’inscrit dans cette dynamique.

1.2MISE EN PLACE DU COMITE TECHNIQUE PREPARATOIRE

La mise en place du Comité Technique Préparatoire (CTP) des JPEE a fait l’objet d’un arrêté ministériel. Le CTP a été organisé autour des commissions suivantes :Thème ;Communication ;Logistique et finances ;Accueil et Protocole ;Sécurité. Le CTP a été élargi au Comité d’organisation du SIERO pour assurer l’efficience de la préparation de la SEERA.

1.3PREPARATION DES JPEE

La préparation des JPEE s’est organisée autour des rencontres du CTP et ses différentes commissions.Cette préparation a permis d’assurer un suivi régulier de toutes les activités préparatoires : identifications des actions et activités, mobilisation des acteurs, élaboration du programme des journées…

Le processus de préparation a abouti à la mobilisation des différents acteurs intervenant dans le domaine de l’efficacité énergétique ou des domaines connexes, au choix du thème principal et des sous thèmes des JPEE, de la conférence et des sessions, à l’identification des communicateurs et à la proposition d’un programme prévisionnel des JPEE.Au titre de la mobilisation des acteurs, il faut retenir :

-          Les sponsors mobilisés : la Banque Mondiale, la GIZ, EEEAO/WAPP, PPI, SCATEC SOLAR et l’UEMOA ;

-          Les partenaires techniques et financiers, les organisations internationales et interafricaines ;

-          Les institutions publiques ;

-          Le secteur privé ;

-          Le monde académique ;

-          Le milieu associatif et les organisations professionnelles ;

-          Les communicateurs, experts et acteurs intervenant dans le domaine de l’Energie.

Au titre du programme prévisionnel des JPEE, il faut retenir : la cérémonie officielle d’ouverture ; la conférence inaugurale ; les sessions au nombre de 3 ; l’exposition ; la cérémonie de clôture. D’autres événements ont été organisés dans le cadre de la SERRA/JPEE, il s’agit notamment de la conférence de presse (avant l’évènement) et d’un débat télévisé sur la télévision nationale du Burkina Faso.

Le thème retenu pour les JPEE 2016 est le suivant :

"EFFICACITE ENERGETIQUE : DEFIS ET OPPORTUNITES POUR LE BURKINA FASO"

2.DEROULEMENT DES JOURNEES

2.1 PROGRAMME DES JOURNEES

Le lancement des JPEE a été effectué au cours de la cérémonie officielle d’ouverture du jeudi 6 mai 2016 et s’est articulée autour des expositions et des communications.  La clôture des JPEE 2016 est intervenue lors du diner gala qui a eu lieu le dimanche 8 mai 2016. Le programme de la SEERA (JPEE-SIERO) en annexe du rapport a été réalisé conformément au programme prévisionnel établi.

2.2CEREMONIE OFFICIELLE D’OUVERTURE

Placée sous le patronage du Premier Ministre, la cérémonie officielle d’ouverture de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) regroupant les JPEE 2016 et le Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables de Ouagadougou (SIERO) a été co-présidée par le Ministre de l’Energie, des mines et des carrières, le Professeur Oumar Alfa DISSA et par le Ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Monsieur Bruno Nestor BASIERE.

Elle s’est articulée autour des séquences suivantes:

-          Mot d’introduction du Coordonnateur du SIERO, Monsieur Cheick YEYE ;

-          Allocution du Parrain de la Cérémonie, Monsieur Apollinaire Ki SIENGUI, Secrétaire Général du système  d’échange électrique ouest africain (EEEAO/WAPP) ;

-          Discours d’ouverture de Monsieur le Ministre en charge de l’énergie.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par une visite de l’aire d’exposition.

Monsieur YEYE, Coordonnateur du SIERO, intervenant aux noms des comités d’organisation des JPEE et du SIERO s’est dit satisfait du soutien des Ministres en charge de l’Energie et en charge de l’Environnement dans la préparation de cette semaine et a signifié la collaboration fructueuse entre les deux (2) comités d’organisation.

Monsieur KI SIENGUI, Secrétaire Général de EEEAO/WAPP, Parrain de la SEERA a remercié le Ministre en charge de l’énergie pour l’honneur qui lui a été fait et il a exprimé sa gratitude aux autorités burkinabè pour leur soutien dans l’accomplissement de sa fonction. Il a confirmé la disponibilité de l’EEEAO/WAPP à promouvoir l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables et leur inscription effective dans son plan d’actions. Il a aussi remercié la GIZ qui a bien voulu soutenir l’organisation des JPEE à sa demande.

Professeur Alfa Oumar DISSA, Ministre en charge de l’énergie a confirmé que le Gouvernement a fait l’option claire d’une transition énergétique vers les énergies vertes et renouvelables avec singulièrement une orientation vers l’énergie solaire conformément aux engagements pris par Son Excellence, Monsieur le Président du Faso dans son programme quinquennal, pour apporter une réponse au déficit structurel de l’offre et réduire les prix. Il a remercié l’ensemble des acteurs qui ont œuvré à la tenue de cette semaine ainsi que les différents partenaires et sponsors qui ont appuyé l’organisation des journées : la Banque Mondiale, EEEAO/WAPP, GIZ, PPI, SCATEC SOLAR, l’UEMOA…

     
     

Photo 1 : Logos des sponsorrs des JPEE

 

Photo 2 : Discours d’ouverture du Prof Alfa Oumar DISSA, Ministre de l’Energie, des mines et des carrières

Photo 3:Allocution du Parrain de la SEERA,Monsieur Appolinaire KI SIENGUI, Secrétaire Général de l’EEEAO/WAPP

Photo 4 :Mot d’introduction du Coordonnateur du SIERO, Cheick YEYE

Photo 5:Présidium de la cérémonie d’ouverture

Photo 6 : Invités à la Cérémonie officielle d’ouverture

Photo 7: Coupure du ruban de l’aire d’exposition

Photo 8 : Visite guidée de l’aire d’exposition

Photo 9: Photo de famille de la cérémonie officielle d’ouverture

2.3 CONFERENCE INAUGURALE

La conférence inaugurale portant sur le thème « Efficacité Energétique et Energies Renouvelables : Moteur de la transition énergétique du Burkina Faso » a été placée sous la présidence de Monsieur Mabourlaye NOMBRE, Secrétaire Général du Ministère de l’Energie, des mines et des carrières et Monsieur Mahamadi BILA a assuré le rôle de rapporteur. La conférence, animée par Monsieur Ousmane COULIBALY, Directeur Général de l’Efficacité Energétique s’est articulée autour des points suivants :Situation du secteur de l’énergie ; Pourquoi l’efficacité énergétique ? ; Pourquoi les énergies renouvelables? ; Les actions menées pour aller vers la transition énergétiques.

Photo 10: Dr Ousmane COULIBALY, Conférencier

Sur la situation du secteur de l’énergie, le communicateur après avoir fait le constat de l’importance de l’énergie en tant que moteur dans la production des biens et services, a noté que le sous-secteur de l’électricité au Burkina Faso est confronté d’une part à un déficit de l’offre et d’autre part à un prix du kWh élevé. Il a par ailleurs indiqué qu’en dépit de ces difficultés, les actions suivantes entreprises au cours de la période 2011-2015 ont permis d’atteindre un taux national d’électrification de 18,83%  avec la mise en place des actions et/ou installations suivantes :l’installation de groupes électrogènes d’une puissance exploitable de 125,7 MW (71% à la centrale de Komsilga, 26% à la centrale de Bobo II et 3% dans les centres secondaires) ;  l’électrification de 387 nouvelles localités, portant le nombre total de localités électrifiées à 575 ; l’exonération par la loi de finances 2013, de la TVA et des droits et taxes de douane sur les importations d’équipements solaires ;l’installation de 2,2 MWc et de 1 646 lampadaires solaires et la réalisation de trois (03) centrales hybrides diesel solaires dans des localités rurales pour une puissance cumulée solaire de 45 kWc et l’élaboration d’un avant-projet de loi sur la maîtrise de l’énergie ainsi que la mise en œuvre d’actions de réduction de la facture électrique de l’Etat.

En ce qui concerne la nécessité  pour le Burkina Faso de s’engager dans une optique de promotion des actions d’efficacité énergétique, il faut retenir l’importance des gisements d’économie notamment dans le transport, le bâtiment, les industries, le secteur des combustibles ligneux et dérivés.

En réponse au recours à l’énergie renouvelable, le communicateur a indiqué entre autres :l’importance du potentiel en biomasse et en énergie solaire (5 kWh/m2/j) ;l’adaptation de la technologie « énergies renouvelables » à l’isolement des zones ;la réduction de la dépendance aux importations et à la flambée des prix du pétrole ;l’existence d’un potentiel significatif en créations d’emplois et d’entreprises ; les possibilités de sauvegarde de l’environnement et l’existence d’une valeur carbone.

Des actions engagées pour aller vers la transition énergétique, il ressort, la réforme institutionnelle ayant permis l’effectivité de la Direction Générale des Energies Conventionnelles (DGEC), de la Direction Générale de l’Efficacité Energétique (DGEE), de la Direction Générale des Energies Renouvelables (DGER) et la création en cours de l’Agence Nationale des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (ANEREE) ainsi qu’un technopôle de la transition énergétique du Burkina Faso.En rapport avec la transition énergétique et au titre des projets avec composantes maîtrise de l’énergie, le conférencier a fait cas du Programme d’Appui au Secteur de l’Electricité (PASEL) financée par la Banque Mondiale sur la période 2014-2018 ainsi que des projets UEMOA 2015-2016 d’étiquetage énergétique des appareils électroménagers et d’élaboration d’un code d’efficacité énergétique dans les bâtiments neufs.

2.4 SESSION 1 DES JPEE

La session 1 portant sur le thème « Contraintes de développement de l’efficacité énergétique au Burkina Faso : rôle du secteur privé, place des financiers, état des ressources humaines, normalisation » a été placée sous la présidence de  Monsieur Bruno KORGO, Directeur Général des Energies Renouvelables ; Monsieur Bakary LINGANI du Ministère en charge de l’Energie ayant assuré le rôle de rapporteur. Quatre communicateurs ont assuré l’animation de cette session. Il s’agit de :

-          Monsieur Francis SEMPORE de 2iE sur le thème Place des Financiers ;

-          Monsieur Abdoulaye OUEDRAOGO de l’Université de Ouaga 1 – JKZ, Président de l’ABAPEE, sur l’Etat des ressources humaines ;

-          Monsieur Ousmane PITROIPA de l’ONEA sur le Rôle du secteur privé

-          Monsieur Jean Paul KARAMA de l’ABNORM, sur la Normalisation.

Les conclusions et recommandations issues des échanges de la session 1 sont résumées comme suit :

-          Les pistes proposées pour faciliter la mobilisation des financements pour soutenir le secteur de l’efficacité énergétiques se présentent comme suit : Mise en place d’un cadre institutionnel et règlementaire favorable à la promotion de l’EE, Mise en place d’une Agence Nationale des Energies Renouvelables et d’Efficacité Energétique avec un rôle de médiateur entre les institutions bancaires, les banques de proximité, le réseau des organisations de microfinance, accorder une place de choix à l’EE lors de la formulation des projets avec les Partenaires Techniques et Financiers (Banque Mondiale, BAD, Union Européenne, AFD, BOAD…), rapprochement avec les institutions bancaires comme l’AFD ou le SEFA à travers les guichets spécialisés pour assister à la mise en place d’une politique d’EE relayée par le secteur privé ; s’appuyer sur les projets existants (PASEL, PREE-UEMOA, initiatives du CEREEC/CEDEAO) pour la formulation de projets de mobilisation de ressources ;

-          Il existe une cartographie des besoins en ressources humaines dans le domaine de l’efficacité énergétique ; il existe également plusieurs centres de formation ainsi que des universités ou grandes écoles qui offrent des formations dans les différents segments de l’EE ; toutefois il est important que les moyens soient consacrés au développement de l’offre de formation, au renforcement des capacités de recherche ; de plus les dispositions doivent être prises pour développer un marché de l’EE assurant l’employabilité des ressources humaines formées,

-          L’expérience de l’ONEA dans le domaine de l’EE est un exemple à partager avec d’autres unités industrielles ; à travers un mécanisme innovant associant le secteur privé l’ONEA a pu mettre en place d’importants programmes d’EE avec des résultats satisfaisants (location-vente de moteurs à haut rendement à Ziga avec une entreprise : gains annuels de 170 millions de FCFA, augmentation de la production d’eau de 5%, réduction de la consommation énergétique de 10%)

-          Il existe quelques normes dans le domaine de l’efficacité énergétique dans l’espace CEDEAO : ECOSTAND 053: 2015 1Spécifications techniques pour des lampes de service d’éclairage en réseau ;  ECOSTAND 054: 2015 Spécifications techniques pour des produits d’éclairage hors réseau ;  30 normes IEC essentiellement basée sur les câbles électriques. Le processus d’élaboration des normes minimales de performance énergétique sur les climatiseurs et les réfrigérateurs dans l’espace CEDEAO est avancé et une rencontre des Ministres en charge de la Qualité s’est tenue le 15 avril 2016 sur le sujet.

2.5 SESSION 2 DES JPEE

La session 2 portant sur le thème « Efficacité Energétique dans les ménages » a été placée sous la présidence de  Monsieur Jean Paul YANOGO, Directeur Général des Energies Conventionnelles ; Monsieur Thierry OUEDRAOGO du Ministère en charge de l’Energie ayant assuré le rôle de rapporteur. Trois communicateurs ont assuré l’animation de cette session. Il s’agit de :

-          Monsieur Jean De Dieu YAMEOGO du Ministère en charge de l’Energie sur l’Etat des lieux des services énergétiques dans les ménages ;

-          Monsieur Oumar SANOGO du CNRST sur la Cuisson domestique ;

-          Monsieur Yezouma COULIBALY sur les Usages électriques.

Au terme des communications et des échanges, il ressort les conclusions et recommandations suivantes :

-          La situation énergétique du Burkina Faso à l’instar des pays de la sous-région est caractérisée par la prédominance du bois-énergie dans la consommation énergétique nationale en majorité consommée par les ménages ; toutefois, au regard des objectifs de développement définis dans les grandes orientations de la politique énergétique nationale, on devrait assister à moyen et long termes à une contribution plus importante des énergies renouvelables et surtout à la promotion des économies d’énergie au niveau des ménages ;

-          La stratégie de diffusion des foyers améliorés doit intégrer outre la dimension efficacité énergétique, les volets suivants :

  • l’adaptation aux besoins des utilisateurs,
  • l’accessibilité,
  • la protection des utilisateurs sur le plan sanitaire,
  • la sécurité d’utilisation,
  • la qualité doit être assurée pour susciter  une demande constante des utilisateurs ;

-          Au titre des usages électriques, les actions suivantes sont proposées :

  • sensibilisation des usagers des appareils électroménagers,
  • rganisation de campagnes d’information, voire de formation,
  • mise en place de normes pour les appareils énergétivores,
  • règlementation des marchés d’approvisionnement des appareils les plus énergétivores,
  • rganisation des campagnes et/ou concours de maisons éco énergétiques (sobres),
  • financement de la recherche sur l’efficacité énergétique.

2.6 SESSION 3 DES JPEE

Le thème de la session 3 portant sur le thème « Efficacité Energétique au Burkina Faso : Etat des lieux et perspectives(Administration, Transport Routier, Electricité, Habitat, Industrie) » a été placée sous la présidence de  Monsieur Issa ZERBO de l’UO1-JKZ ; Madame Kahiry Françoise BARRO/KI du Ministère en charge de l’Energie ayant assuré le rôle de rapporteur. Quatre communicateurs ont assuré l’animation de cette session. Il s’agit de :

-          Monsieur Dieudonné ZOUNGRANA du Ministère en charge de l’Energie sur l’Efficacité énergétique dans l’Administration et potentiel dans le Transport routier ;

-          Monsieur Abdoulaye SAWADOGO de la SONABEL sur l’Efficacité Energétique dans la production, le transport et la distribution d’électricité ;

-          Madame Valérie SANOU / GOUNGOUNGA du Ministère de l’Urbanisme et de l’habitat sur l’Efficacité énergétique dans l’habitat ;

-          Monsieur SylvanusTRAOREdu BRMM/CCI sur l’Efficacité énergétique dans l’industrie.

Les conclusions et recommandations issues de cette session sont synthétisées somme suit :

-          Les actions de maîtrise de l’énergie  engagées dans l’administration publique sur la période de 2006 à 2012 ont permis de réduire considérablement le montant de la facture électrique  de l’Etat, en fin 2013, les économies d’énergie ont été estimées à environ 3.7 GWh/an, soit une économie financière de 691 600 000 FCFA par an pour un investissement 753 000 000 FCFA et un temps de retour sur investissements de 11 mois ;

-          il convient de relancer cette dynamique au regard de l’important gisement d’économie d’énergie existant avec un potentiel de 100 GWh/an réalisable par an dans le secteur de l’électricité sur la période 2016-2020 (cf. étude Econoler) ;

-          Il existe un important gisement d’économie d’énergie dans le secteur du transport routier au regard de la part importante des hydrocarbures dans la consommation énergétique nationale, toutefois ce domaine reste inexploré au Burkina Faso ;

-          La SONABEL est engagé dans l’efficacité énergétique à travers ses différentes activités : la production (amélioration de la consommation spécifique et du rendement de production des groupes électrogènes, investissements sur le réseau de transport pour limiter les pertes de transport et pour accroitre la capacité de transit, mise en place d’équipements efficaces au niveau de la distribution à l’image du projet de remplacement de 3000 lampadaires de 150-250 W par des lampes à LED de 85W) ;

-          L’élaboration d’un code de qualité énergétique dans le bâtiment s’impose au regard du gisement important dans les bâtiments existants mais surtout dans ceux à construire (selon ONU-Habitat, les bâtiments en Afrique consomment en moyenne 56 % de la production totale d’électricité dans les pays et près de 75% des bâtiments en 2050  n’étaient pas encore construits en 2010) ; la réflexion doit intégrer toute la chaine de la planification urbaine aux équipements en passant par la conception architecturale et les modes d’habitat ;

-          l’efficacité énergétique dans les unités industrielles est confrontée à plusieurs difficultés dont  la faible prise de conscience des premiers responsables et la mobilisation des ressources financières et technologiques pour la mise en œuvre des recommandations formulées à l’issue des audits. Un changement de paradigme s’impose pour placer l’énergie  comme toute autre matière première précieuse nécessaire à la bonne marche d’une unité industrielle et non pas une simple dépense générale et/ou de maintenance de l’entreprise.

CoMMUNICATEURS DE LA SESSION 1 DES JPEE

Photo 11 : M. Francis SEMPORE

Photo 12 : Prof Abdoulaye OUEDRAOGO

Photo 13 : M. Ousmane PITROIPA

Photo 14 : Dr Jean Pal KARAMA

COMMUNICATEUR DE LA SESSION 2 DES JPEE

Photo 15: M. Jean De Dieu YAMEOGO

Photo 16: M. Oumar SANOGO

Photo 17: M. Yezouma COULIBALY

 

COMMUNICATEURS DE LA SESSION 3 DES JPEE

Photo 18 : Mme Valérie GOUNGOUNGA/SANOU

Photo 19 : M. Dieudonné ZOUNGRANA

Photo 20 : M. Abdoulaye SAWADOGO

Photo 21 : M. Sylvanus TRAORE

 

           


2.7 EXPOSITION

L’exposition de la SEERA(JPEE-SIERO) a regroupé une cinquantaine d’exposants dont une trentaine d’entreprises spécialisés dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Outre les entreprises, des associations et des organisations professionnelles (Ligue des Consommateurs du Burkina Faso, Association Burkinabè des Professionnels de l’Efficacité Energétique, Association Burkinabè pour le recyclage des déchets plastiques et de promotion de la femme, Ordre des architectes…), des Grandes Ecoles, des Universités et Centres de recherche  (U01-JKZ, 2iE, ISGE, ESMER, IRSAT ) ainsi que des acteurs du secteur public et parapublic (Ministère en charge de l’Energie, Ministère en charge de l’Environnement, Chambre de commerce et d’Industrie, LONAB) ont animé des stands.

Les stands ont connu une forte affluence durant la tenue de la SEERA du 6 au 8 mai 2016.

La synthèse des appréciations des Exposants (quarante-six questionnaires renseignés) fait ressortir une satisfaction générale suivant la synthèse suivante :

-          96% de satisfaction sur l’organisation générale ;

-          98% de satisfaction sur des stands mis à disposition ;

-          96% de satisfaction sur de la durée de l’évènement ;

-          98% de satisfaction sur qualité générale des exposants ;

-          81% de satisfaction sur les communications déroulées lors de l’évènement.

Une des principales pistes  d’amélioration de l’organisation des JPEE réside dans la Communication de l’Evènement qui doit être entreprise plus tôt et viser un public plus large.

Près d’une vingtaine d’exposants se sont inscrits au titre ses JPEE, il s’agit :

-          Les entreprises : PPI, PPS, MES / SCHNEIDER ELECTRIC, ACTUALITES ENERGIE, SOLENERGIE, GES GREECO, GED, Entrepreneurs du Monde, La Chambre de Commerce et d’Industrie ;

-          Les Grandes Ecoles, les Universités et les Centres de recherche : l’Université Ouaga 1 Professeur Joseph KI-ZERBO, l’Institut de Recherche en Sciences Appliqués et Technologies, l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement, l’Ecole Supérieure de Génie Electrique, l’Ecole Supérieure des Métiers des Energies Renouvelables du Bénin ;

-          Les Associations et Organisations Professionnelles (la Ligue des Consommateurs Burkinabè, l’Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique, l’Ordre des Architectes).

Quelques propositions de thèmes formulées par les exposants pour la prochaine édition sont résumées comme suit :

  • La cuisson solaire une alternative à la problématique  des besoins énergétiques ;
  • Importance des énergies renouvelables pour l’avenir des pays en développement ;
  • Efficacité énergétique dans l’Habitat et dans l’Industrie ;
  • Jeunesse et Promotion de l’Efficacité Energétique ;
  • Accélérer le déploiement des Energies Renouvelables en Afrique: défis et opportunités.

Photo 22 :Stand de GSE GreenCO

Photo 23:Stand de PPI

Photo 24 :Stand de l’IO1-JKZ

Photo 25:Stand du CNRST/IRSAT

Photo 26 : Stand de ACTUALITES ENERGIES

Photo 27: Stand du Projet FAFASO

Photo 28 : Stand de la LCB

Photo 29: Stand de l’ABAPEE

 


 

 

2.8 CEREMONIE DE CLOTURE

La cérémonie de clôture de la SEERA (JPEE-SIERO) s’est déroulée le dimanche8 mai 2016 à l’occasion d’un  diner gala à Royal Beach Hôtel.

Cette cérémonie de clôture s’est articulée autour des séquences suivantes :

-          Mot d’introduction du Coordonnateur du SIERO ;

-          Allocution du Sponsor officiel du SIERO ;

-          Remise d’attestations aux Sponsors ;

-          Discours de clôture de la SEERA (JPEE-SIERO) par le Secrétaire Général du Ministère de l’Energie, des mines et des carrières.

Au cours de ce diner, plusieurs artistes ont tenu les participants en haleine et c’est une cérémonie haut en couleurs qui marque la fin de la SEERA, rendez-vous est pris pour la prochaine édition qui doit se tenir dans la première semaine du mois de mai de l’année 2017.

Photo 30 : Discours de clôture de la SEERA par le SG du Ministère en charge de l’Energie

Photo 31 : Remise d’attestation par la Directrice de Cabinet

Photo 32 : Remise d’attestation par le Coordonnateur du SIERO

2.9. EVENEMENTS PARALLELES

La SEERA a été l’occasion de plusieurs rencontres entre Professionnels et Acteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique mais également une tribune de démonstration des innovations et technologies promues par les entreprises présentes à l’Evènement. A titre d’exemple, ACTUALITES ENERGIES a eu l’opportunité de présentés ses nombreuse solutions sur le solaire thermique (cuiseurs solaires).

En amont de la SEERA, plusieurs actions de communication ont été menées et on retiendra la Conférence de presse animée par le Ministère en charge de l’Energie et par le SIERO sur l’organisation conjointe de la SEERA.

Un débat télévisé sur les retombées de la SEERA a eu lieu le samedi 7 mai 2016 sur les écrans de la Radio Télévision du Burkina (RTB) après le journal télévisé de 20h.

Une Assemblée générale constitutive de l’Association Burkinabè des Professionnels des Energies Renouvelables s’est déroulée le lundi 6 mai 2016 sur le site du SIAO.


3. BILANET RECOMMANDATIONS

Le bilan de la SEERA (JPEE-SIERO) est satisfaisant au regard des constats suivants :

-          La qualité des Communicateurs et des présentations effectuées ;

-          Le nombre et la diversité des Exposants ;

-          La participation des Acteurs et des Professionnels.

Tous les Conférenciers et Communicateurs pré-identifiés pour les sessions des JPEE ont répondu présents et ont assuré leur présentation dans les meilleures dispositions.

Les Exposants ont assuré leur promotion au cours de cet évènement avec à la clé des démonstrations et applications sur des technologies appropriées et des innovations. La diversité des exposants (entreprises, ONG, associations, secteur public et parapublic) a contribué à la réussite de l’évènement.

La SEERA (JPEE-SIERO) a été l’occasion pour les Professionnels et les Acteurs des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique de tisser des relations de collaboration et d’affaires pour une meilleure promotion de ces secteurs au Burkina Faso.

Toutefois, la communication sur l’Evènement devrait être améliorée pour la prochaine édition.

En conclusion, la SEERA contribue à la réalisation des objectifs du Gouvernement du Burkina Faso qui a fait l’option claire d’une transition énergétique vers les énergies vertes et renouvelables avec singulièrement une orientation vers l’énergie solaire conformément aux engagements pris par Son Excellence, Monsieur le Président du Faso dans son programme quinquennal, pour apporter une réponse au déficit structurel de l’offre et réduire les prix.

A ce titre, les recommandations issues des échanges déroulées à l’issue de la conférence et des communications méritent d’être examinées avec la plus grande attention pour soutenir la dynamique de promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique entreprise par le Ministère en charge avec l’Energie pour la réforme institutionnelle ayant consacré la création de Directions Générales des Energies Renouvelables et d’Efficacité Energétique. La synthèse de principales recommandations formulées est présentée comme suit :

-          Accélérer le processus d’institutionnalisation de la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique par l’adoption d’une loi qui promeut ces secteurs ;

-          Opérationnaliser la mise en œuvre de l’Agence Nationale des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (ANEREE);

-          Diffuser les exemples réussis de programmes d’efficacité énergétique dans les différents secteurs à l’image de l’expérience de l’ONEA dans le domaine de l’Industrie ;

-          Elaborer un code de qualité énergétique dans le bâtiment au regard de l’énorme potentiel existant dans le domaine de l’efficacité énergétique ;

-          Relancer le programme de maîtrise de l’énergie au sein de l’Administration publique ;

-          Soutenir les programmes de diffusion des foyers améliorés avec des mécanismes autorisant bun changement d’échelle tout en s’assurant de leur adaptation aux besoins des utilisateurs et leur accessibilité ;

-          Assurer une communication et une sensibilisation sur l’Efficacité Energétique après de plusieurs publics, en particulier les jeunes.

Les recommandations suivantes sont proposées au titre de la capitalisation des acquis de la présente édition :

-          Consolider les acquis du partenariat entre le secteur public et le secteur privé dans l’organisation de la SEERA 2016 en poursuivant le dialogue établi ;

-          Assurer une visibilité des communications et des présentations déroulées lors de la présente édition en utilisant notamment les TIC et en associant les différents acteurs (secteur public, secteur privé, associations…) ;

-          Assurer une diffusion du rapport de la SEERA et/ou des extraits du dit rapport et/ouélaborer un support de communication sur l’édition 2016  de la SEERA pour diffusion aux différents acteurs.

Pour la prochaine édition, les recommandations suivantes sont formulées :

-          Préciser les dates précises indicatives de la prochaine SEERA (1ère semaine du mois de mai 2017) dans les meilleurs délais ;

-          Mettre en place un Comité Technique Préparatoire de la prochaine SEERA en élargissant sa composition (secteur public, secteur privé, associations, organisations professionnelles, institutions);

-          Accorder une place de choix à la communication pour la prochaine édition à travers les médias (presse papier, presse en ligne, Télévision, radio, sites internet) mais aussi à travers les regroupements d’acteurs et professionnels engagés dans la promotion de l’Efficacité Energétique et des énergies renouvelables (ONG, Associations, Ordres professionnels) ;

-          Diversifier les activités de la prochaine édition, par exemple :

  • Promouvoir un Concours du Meilleur Projet ou du Meilleur Mémoire des Grandes Ecoles et des Universités sur la thématique de l’Efficacité Energétique,
  • Associer les meilleurs acteurs et/ou entreprises innovantes des autres régions du Burkina Faso à l’Evènement,
  • Assurer des campagnes de sensibilisation sur la thématique de l’Efficacité Energétique auprès des Etablissements primaires et/ou secondaires et dans d’autres secteurs.

La réflexion sur l’envergure régionale de la SEERA doit être approfondie de concert avec les institutions régionales que sont l’UEMOA ainsi que la CEDEAO et ses institutions spécialisées (CEREEC, EEEOA, AREEC) mais également les principaux partenaires techniques et financiers (Banque Mondiale, BAD, Union Européenne, BOAD…).

ANNEXES

PROGRAMME DE LA SEERA-JPEE-SIERO

Vendredi 6 Mai 2016(Pavillon de la Créativité)

7h – 7h30 : Accueil et enregistrement

7h30 : Mise en place terminée des participants

8h - 10h : Cérémonie officielle d’ouverture

Visite des stands et fin de la cérémonie d’ouverture (Pavillon du Soleil Levant)

10h – 19h : Exposition (Pavillon du Soleil Levant)

13h30 – 15h : Conférence (JPEE 2016)

Thème :Efficacité Energétique et Energies renouvelables : moteur de la transition énergétique du Burkina Faso

Modérateur :Mabourlaye NOMBRE, Secrétaire Général, Ministère de l’Energie, des mines et des carrières (MEMC) Conférencier :Ousmane COULIBALY Directeur Général de l’Efficacité Energétique, MEMC

Rapporteur :Mahamadi BILA, MEMC

Session 1 (JPEE 2016) :Contraintes de développement de l’efficacité énergétique au Burkina Faso : rôle du secteur privé, place des financiers, état des ressources humaines, normalisation

Modérateur : Bruno KORGO, Directeur Général des Energies Renouvelables, MEMC

Rapporteur : Bakary LINGANI, MEMC

Heure

Communicateurs

Sous-Thèmes

15h20 – 15h40

Francis SEMPORE, 2iE

Place des Financiers

15h40 – 16h

Abdoulaye OUEDRAOGO, Université Ouaga 1 Professeur Joseph KI-ZERBO / ABAPEE (Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique)

Etat des ressources humaines

16h – 16h20

Ousmane PITROIPA,   ONEA

Rôle du secteur privé

16h20 – 16h40

Jean Paul KARAMA, ABNORM

Normalisation

16h40 – 17h30

Echanges


Samedi 7 Mai 2016 (Pavillon du Soleil Levant)

 

9h – 19h : Exposition

 

Session 2 (JPEE 2016) : Efficacité Energétique dans les ménages

Modérateur : Jean Paul YANOGO, Directeur Général des Energies Conventionnelles, MEMC

Rapporteur : Thierry OUEDRAOGO, MEMC

 

Heure

Communicateurs

Sous-Thèmes

 

 

9h – 9h20

Jean De Dieu YAMEOGO, MEMC

Etat des lieux sur les services énergétiques dans les ménages

 

9h20 – 9h40

Oumar SANOGO, CNRST

Cuisson Domestique

 

9h40 – 10h

Yézouma COULIBALY, 2iE

Usages électriques

 

10h – 11h

Echanges

 

Session 3 : Financement de la filière énergies renouvelables

Modérateur : Alexandre KABRE, SIERO

Rapporteur : Kadija SIMBORO, Présidente Commission Thème du SIERO

 

Heure

Communicateurs

Sous-Thèmes

 

 

11h15 – 11h30

 

N.  NDIAYE, National Switch Africa Green & Partnership for Action on Green Economy PNUD

La transition vers l’économie verte à travers les initaitives “Switch Africa Green” & “ Partnership for Action on Green Economy”

 

11h30 – 11h45

Rainer GEIGER, Centre d'investissement Durable (CID)

Les lignes directrices de l'OCDE pour l'investissement dans une infrastructure énergétique propre

 

11h45 – 12h

Fabien POUSSE, Ministère de l’Environnement, du changement climatique et de l’économie verte

Présentation du Fonds d’Intervention pour l’Environnement

 

12h – 12h15

Jean Baptiste ZOMA, Programme de croissance économique dans le secteur agricole / Maison de l’Entreprise

Présentation du Fonds Vert

 

12h15 – 13h

Echanges

 
           

Samedi 7 Mai 2016 (Pavillon du Soleil Levant)

Session 4 (Session 3-JPEE 2016) : Efficacité Energétique au Burkina Faso : Etat des lieux et perspectives(Administration, Transport Routier, Electricité, Habitat, Industrie)Modérateur : Issa ZERBO, Université Ouaga 1 Professeur Joseph KI-ZERBO ; Rapporteur : Kahiry Françoise BARRO/KI, MEMC

Heure

Communicateurs

Sous-Thèmes

14h00 – 14h20

Dieudonné ZOUNGRANA, MEMC

Efficacité Energétique dans l’Administration et potentiel dans le Transport Routier

14h20 – 14h40

Abdoulaye SAWADOGO, SONABEL

Efficacité Energétique dans la production, le transport et la distribution d’électricité

14h40 – 15h

Valérie SANOU / GOUNGOUNGA, Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat

Efficacité Energétique dans l’Habitat

15h - 15h20

Sylvanus TRAORE ; BRMN, Chambre de Commerce et d’Industrie

Efficacité Energétique dans l’Industrie

15h20 – 16h00

Echanges

Session 5 : Innovations dans le domaine des Energies Renouvelables

Modérateur : Yao AZOUMAH, DG SIREA AFRIQUE - Rapporteur : Kadija SIMBORO, SIERO

Heure

Communicateurs

Sous-Thèmes

16h15 – 16h30

Oumarou SAVADOGO,

Polytechnique Montréal

Batteries de stockage électrochimique de l’énergie solaire : Installation, utilisation et gestion en fin de vie

16h30 – 16h45

Emmanuel KABORE,APER-CEDEAO

Rôle des Professionnels locaux dans le développement des projets d’EnR

16h45 – 17h

T. Ange H. SEBEGO,

Consultant

Quelles stratégies pour faire de l’énergie solaire une solution aux problèmes d’énergie au Burkina Faso

17h – 17h15

Serge W. IGO,

IRSAT

Transfert de technologie énergétique innovante vers les acteurs de la transformation de la viande : cas du projet FNC/QUALI

17h15 – 18h

Echanges

21h – 22h

DEBAT TELEVISERTB

Dimanche 8 Mai 2016

9h – 19h : ExpositionPavillon du Soleil Levant / 20h – 21h30 : Diner gala Royal Beach Hotel

ENTREPRISES, ORGANISATIONS, INSTITUTIONS ET PRESSE PRESENTES

ACTUALITES ENERGIES ; AFRICA ENERGY SOLAIRE ; AFRICA ETUDES ; AFRICA SUN ; APEVA ;BELWETT, BTI ; CELMAR GROUPE ; CID; ECOCERT-BF ; EMERGEM SOLAR ; ENERTEL ; ENEGY AND SERVICES ; FAFASO ; GED ; GRACE ET MERVEILLES ; GSE GREEN CO ;LAGAZEL ;MES INTERNATIONAL ; MICROSOW ;NAFA NAANA ; NAFAGAZ ; NATOBE ;PPI-BF ; PPS SARL ; SCATEC SOLAR ; SCHNEIDER ELECTRIC ; SIPE ; SIREA AFRIQUE ; SNV ; SOLENERGY ; SOLTECH ;SPEEDTECH ENERGY ; SUD ENERGY ; TOTAL BURKINA ;TSB ; UNICOM SA  ;VENTOLUDENS ; WATAM SA…

ABAPEE ; ABRDPPF ; APER-CEDEAO ; CROIX ROUGE ; LCB ; ONG AGRO-INTER ; ORDRE DES ARCHITECTES…

CNRST/IRSAT ; ESMER ; ISGE-BF ; POLYTECHNIQUE MONTREAL ; UO1-JKZ ; UO2, 2iE…

ABNORM ;  ARSE ;  CCI-BF ; FDE ;LONAB ; MAISON DE L’ENTREPRISE ; ONEA ; PASEL ; SONABEL…

Ministère de l’Energie, des mines et des carrières ; Ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique ; Ministère de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle et de l’Emploi ; Ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat ; Ministère de l’Enseignement Supérieur ; Ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière ; Ministère des Infrastructures ; Ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure ; Ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation ; Ministère de l’Urbanisme et de l’habitat…

AUTORITE DU  LIPTAKO GOURMA ; EEAO/WAPP ; GIZ ; PNUD ; UEMOA ; UNION EUROPEENNE…

BF1 ; BURKINA DEMAIN ; CANAL 3 ; ECODUFASO ; JED ; IMPACT TV ; LEFASO.NET ; LEPAYS ; LOBSERVATEUR, LE STRATEGE ; RFI ; RTB ; SIDWAYA…


BIOGRAPHIE DES COMMUNICATEURS

Ousmane COULIBALY Dr Ousmane COULIBALY occupe les fonctions de Directeur Générale de l’Efficacité Energétique depuis mars 2016. Il est Maître-Assistant en Physique, Option énergétique au Laboratoire de physique et de chimie de l’environnement (LPCE) de l’unité de formation et de recherche en science exacte et appliquée (UFR/SEA) de l’université Ouaga I Pr Joseph Ki-ZERBO. Auteur de plus d’une dizaine de publications et de communications scientifiques dans le domaine de la thermique et énergétique du bâtiment, il a axé ses recherches principalement sur l’efficacité énergétique et la réglementation thermique dans les bâtiments. Ces recherches lui ont permis d’obtenir deux prix lors de la Xème édition du FRSIT (Forum National de la Recherche Scientifique et l’Innovation Technologique) en 2012 dont le thème était : «  Crise énergétique en Afrique, des solutions scientifiques et technologiques. Il est le Secrétaire chargé de la recherche-développement de l’Association Burkinabé des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique (ABAPEE) créée en janvier 2016.

Francis SEMPOREFrancis SEMPORE est Ingénieur Génie Electrique de l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de Dakar depuis 1995 et est titulaire d’un Master Spécialisé en Génie Energétique et Froid Industriel obtenu en 1996 à 2iE (ex EIER). Il est également Certifié en Management d’Entreprise de HEC Paris depuis 2012. Enseignant en Génie Energétique à 2iE depuis 2002, il y a occupé plusieurs postes de Direction. Il occupe actuellement la fonction de Directeur des Relations Internationales et de la Formation Continue. Avant de rejoindre 2iE, il a travaillé dans le secteur privé en Afrique de l’Ouest dans le domaine de l’énergie, du froid, de la climatisation et de l’efficacité énergétique de 1996 à 2002. Il y a occupé les fonctions d’Ingénieur d’Etudes, d’Ingénieur d’Affaires et de Responsable d’Agence Pays. Il a coordonné de nombreux programmes et projets de renforcement de capacités dans le domaine de l’Energie en Afrique de l’Ouest. Il a conduit entre autres l’élaboration des plans d’actions nationaux sur les énergies renouvelables et sur l’efficacité énergétique du Burkina Faso. Il a participé également à l’élaboration de l’agenda d’actions SE4ALL et du Prospectus d’investissements du Burkina Faso. Il est le Secrétaire Général de l’Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique ‘ABAPEE) créée en janvier 2016.

Abdoulaye OUEDRAOGO                                                                                                                                                                                                                                                    Prof Abdoulaye OUEDRAOGO est actuellement Chargé de mission avec rang de Vice-Président pour la mise en œuvre de l’Université de Ouahigouya (Centre Universitaire Polytechnique de Ouahigouya).Il est titulaire d’un Doctorat en Ingénierie Mécanique de l’Université d’Etat de la Caroline du Nord aux Etats Unis d’Amérique.Outre sa fonction de Vice-Recteur, Prof OUEDRAOGO est Enseignant à l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences Exactes et Appliquées (UFR-SEA), maitre de Conférences en Sciences et Techniques de l’Ingénieur, Président des Conseils Scientifiques de l’Ecole de Formation et de Perfectionnement en Travaux Publics (EFP-TP) et de l’Ecole Supérieure de Travaux Publics de Ouagadougou (ESTPO).Il est Président de l’Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique (ABAPEE) créée en janvier 2016.

Jean Paul KARAMAJean-Paul KARAMA est Docteur en physique appliquée de l’Université de Ouagadougou.Depuis janvier 2014, il est Directeur de la Normalisation et de la Certification à l’ABNORM (Agence Burkinabé de Normalisation, de la Métrologie et de la Qualité).Il est également Coordonnateur Technique National du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest et il est le Point Focal du Programme de Croissance Economique dans le Secteur Agricole (PCESA) pour le compte du Ministère de l’Industrie du Commerce et de l’artisanat. Il a également occupé plusieurs fonctions : Directeur de l’Organisme National de Normalisation et de certification de 2009 – 2013 et Chef de service de la Chimie, de l’Environnement, du Textile et du Cuir à la Direction de la Normalisation, de la Promotion de la Qualité et de la Certification à l’Office National du Commerce Extérieur (ONAC)/APEX-Burkina de 2005 à 2009. Il est expert formateur dans la sous-région sur les thématiques de la normalisation, de la certification et de la promotion de la qualité. Il est membre de plusieurs associations telles que l’Association Burkinabé des Professionnels de la Concurrence, du Comité National du Codex Alimentarius du Burkina Faso et de l’Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique.

Ousmane PITROIPA                                                                                                                                                                      Ousmane PITROIPA est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en Génie industriel obtenu en 1996 à l’Ecole Nationaled’Ingénieurs de Bamako. Il a rejoint l’ONEA en 2001 et il occupe actuellement la fonction de Chef de service Maintenance. Avant de rejoindre l’ONEA, il occupé les fonctions de Directeur Technique et de Chef de projet dans le secteur privé.Il est reconnu pour son expertise dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Jean De Dieu YAMEOGOJean De Dieu YAMEOGO est Ingénieur d’Etat en Maintenance Industrielle.Depuis février 2013, il est Directeur des Energies Renouvelables et des Energies Domestiques au sein du Ministère en charge de l’énergie.Il est Administrateur représentant le Ministère en charge de l’Energie au Conseil d’Administration du Fonds de Développement de l’Electrification (FDE). Il est Membre du Comité Interministériel chargé de l’élaboration et du Suivi du Plan d’Actions de l’initiative SE4ALL et Coordonnateur du Projet de promotion du Jatropha curcas comme source d’agrocarburant durable au Burkina Faso.Il a intégré la SONABEL en 1991 ou il a occupé plusieurs postes de responsabilité jusqu’en 2013 avant d’être mis à disposition du Ministère en charge de l’énergie. Il y a occupé  successivement les fonctions d’Ingénieur d’Etudes, de Chef de service des centres rattachés, de Directeur Régional du Centre Est et de Directeur Régional du Centre.Il dispose d’une expérience pertinente dans l’identification et l’élaboration des projets solaires photovoltaïques, dans le suivi des projets solaires et de biocarburants ainsi que dans le  développement des projets solaires en mode Partenariat Public Privé.

Oumar SANOGODr Oumar SANOGO est Directeur Scientifique du Centre National de la recherche Scientifique et Technologique (CNRST). Il totalise une vingtaine et d’annéesd’expérience professionnelleaucoursdesquellesilaeffectuédenombreuxtravaux relatif à la combustion, aux changements climatiques (évaluation des gaz à effet de serre, atténuation), auxénergies renouvelables (Biomasse, solaires,…), à l’efficacité énergétique, aux carburants alternatives, aux politiques énergétiques et environnementales. Egalement auteur de production d’une vingtaine de tests de foyers. Il participe activement l’initiative internationale conduite par le Partnership of Clean Indoor Air / Global alliance for clean cookstoves (PCIA/GACC) pour la promotion des foyers propres. Il assure également à l’Université de Ouagadougou depuis 2002 des cours sur la combustion, l’énergie solaire, la biomasse, Energie et la problématique Energie – Environnement. Il a eu à travailler à l’Université d’Orléans en tant que post-doc affecté à la recherche de substituts aux halons, puis au National Institute of Standards and Technologies (NIST) Laboratoire fédéral basé à Gaithersburg (Maryland/USA). Il a occupé des fonctions d’attaché de recherche, de chargé de recherche, de chef de département et de maître de recherche au CNRST.

Yezouma COULIBALYProf Yezouma Coulibaly est Maître de conférences à l’Institut International d’Ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) qu’il a rejoint en 1985 en qualité d’Enseignant Chercheur. Il occupe actuellement la fonction de Conseiller Scientifique du Directeur Général de 2iE.Il est titulaire d’un Doctorat d’Etat de l’Université Cheick Anta Diop de Dakar et d’un Doctorat de 3ème cycle de l’Institut National Polytechnique de Grenoble.Il a consacré sa carrière  professionnelle à l’enseignement et à la recherche au sein de 2iE ou il a occupé plusieurs postes : Inspecteur des études, Chef du département Energie pour le développement rural, Chef du département Infrastructure Energie et Génie Sanitaire et  chef de l’Unité Thématique d’Enseignement et de Recherche « Génie Energétique et Industriel ».Il possède une expérience avérée dans le domaine de l’efficacité énergétique et il a réalisé plusieurs audits énergétiques : Audit Energétique de la société de Briqueterie. du Burkina Faso, Audit Energétique de Manufacture Burkinabé de Cigarettes MABUCIG, Audit Energétique de la société des Brasseries du Burkina Faso (Brakina), Audit Energétique de plusieurs usines aux USA North Carolina State University (NCSU) et sociétés concernées.Il a réalisé plusieurs études dans le domaine de l’efficacité énergétique dont l’Etude de faisabilité d’un projet d’efficacité énergétique par l’utilisation des tubes fluorescents de basse consommation au Burkina Faso.Il est également Expert Formateur dans le domaine de l’Efficacité Energétique.

Valérie SANOU/GOUNGOUNGAValérie SANOU/GOUNGOUNGA est Architecte-urbaniste depuis 2012. Depuis mars 2016, elle occupe les fonctions de Directrice générale de l’architecture, de l’habitat et de la construction au sein du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat.Avant cette nomination, elle a occupé successivement les fonctions d’Architecte chargée de conceptions, de Directrice de la Rénovation Urbaine et de l’Environnement, de Directrice de la Recherche, de l’innovation et de la promotion des matériaux appropriés de construction et de Directrice de la promotion de l’habitat et du logement sur la période de 2002 à 2016.Depuis septembre 2015, elle est Vice-présidente du Comité National de Tutelle et de Suivi (CNTS) pour la mise en œuvre du Programme Régional d’Economie d’Energie de l’UEMOA.Elle a mené plusieurs études en lien avec l’efficacité énergétique dont la formulation du plan national d’adaptation aux changements climatiques du secteur infrastructures et habitat. Elle a également conduit les enquêtes nationales en vue de la réalisation d’un projet de code d’efficacité énergétique dans l’espace UEMOA.  Elle assure la Présidence de l’Ordre des Architectes du Burkina (OAB) depuis avril 2015 et elle est Vice-Présidente de la conférence des Ordres des Architectes de l’UEMOA

Dieudonné ZOUNGRANADieudonné ZOUNGRANA est titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en management et marketing de la Fondation universitaire Mercure de Belgique et d’un diplôme d’études supérieures en Management et marketing du groupe d’écoles d’ingénieurs Agitel-formation de Côte d’Ivoire. Depuis août 2013, il occupe les fonctions de Directeur de la Promotion des Economies d’Energie au sein du Ministère en charge de l’Energie.Il a occupé les fonctions de Chef de cabinet du Ministre en charge de l’Energie de 2011 à 2013.Avant de rejoindre le Ministère en charge de l’énergie, Monsieur Dieudonné ZOUNGRANA a occupé plusieurs postes de responsabilité à la SONABEL qu’il a intégré en 1990.Il a participé à plusieurs formations, ateliers et conférences sur le thème de l’Efficacité Energétique en Algérie, au Maroc, en Tunisie et dans l’espace CEDEAO/UEMOA.Il a participé à plusieurs ateliers d’élaboration et de validation de plans d’actions et/ou de documents de stratégie sur l’efficacité énergétique aussi bien au niveau national qu’au niveau sous régional.

Abdoulaye SAWADOGOAbdoulaye SAWADOGO est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en Génie Industriel obtenu en 1993 à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bamako. Il possède un CESS en Politique et Economie de l’Energie de l’IEPE de Grenoble et un Master Pro 2 en Décision Publique et Gestion des projets et programmes de développement du CEFEB de Marseille. Il est également certifié en Management des partenariats public-privé. Il occupe aujourd’hui la fonction de Chef de Département Ingénierie des projets d’investissements au sein de la SONABEL qu’il a rejoint en 1995. Avant ce poste, il a occupé les fonctions suivantes : Ingénieur de distribution ; Directeur régional de l’Ouest ; Chargé de suivi des projets ; Chef de service Gestion des projets d’équipement. Il est membre du comité d’étude « Efficacité énergétique, électrification rurale et énergie renouvelables «  du Comité Scientifique de l’Association des Sociétés d’Electricité d’Afrique (ASEA). Il est également membre du Comité conjoint de mise en œuvre du projet d’interconnexion Ghana-Burkina-Mali sous l’égide du WAPP.

Sylvanus TRAOREIngénieur de développement rural, après quatre années au service de la GIZ en qualité de consultant du projet d’aménagement des terres agricole, Monsieur Sa Sylvanus TRAORE intègre en 1996 la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso au sein de la Direction régionale Bobo Dioulasso, en qualité de conseiller en entreprises au Bureau d’Appui au Micro Entreprises (BAME).Il dirigera par la suite ce bureau de février 2001 à avril 2008, date à laquelle il est nommé Directeur du Bureau de Restructuration et de Mise à Niveau de l’Industrie. Au cours de ce parcours, il participera à des nombreuses formations initié par la GIZ, le Ministère français des affaires étrangère; le GRET, l’ONUDI, de la BOAD, de la BAD …. qui font lui permettre de se familiariser avec l’ensemble des outils techniques d’évaluation, d’audit des entreprises et organisations.Depuis avril 2008, il met cette riche expérience d’une vingtaine d’année dans l’accompagnement des entreprises, à la disposition des entreprises bénéficiaires des différents programmes conduit par le BRMN.


RETOMBEES PRESSE

http://lefaso.net/spip.php?article70997 : ACCES A L’ENERGIE : UNE SEMAINE POUR REFLECHIR AUX DEFIS POUR LES PAYS AFRICAINS

samedi 7 mai 2016

Les 6, 7 et 8 Mai 2016 se tient à Ouagadougou la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA). Conjointement organisée par le Ministère des Mines, des carrières et de l’énergie et le Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables de Ouagadougou (SIERO), elle rassemble des acteurs du secteur et ambitionne de contribuer àpromouvoir l’énergie pour tous en Afrique.

     

La disponibilité de l’énergie pour les ménages et les entreprises reste un véritable problème pour les pays africains. L’Afrique subsaharienne assure 13% de la production énergétique mondiale. Cependant elle représente seulement 4% de la demande. En plus, 620 millions de personnes sont actuellement privées d’accès à l’énergie. Pour ceux qui en ont accès il est souvent insuffisant, aléatoire et très couteux.

   

Comme solutions, plusieurs initiatives ont été mises en œuvre par les gouvernants et aussi les privés pour promouvoir l’énergie pour tous. Au nombre de celles-ci, la Semaine des énergies et énergies renouvelables (SEERA) qui se tient présentement à Ouagadougou. Organisée par le Ministère des Mines, des carrières et de l’énergie, en association avec les promoteurs du Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables de Ouagadougou (SIERO), la semaine ambitionne de promouvoir l’accès à l’énergie pour tous en Afrique.

Selon la politique du gouvernementLa 1ère édition de la SEERA est placée sous deux thèmes : « Efficacité énergétique : défis et opportunités pour le Burkina Faso » et « Financement des systèmes énergétiques durables pour l’Afrique en développement ». Pour le secrétaire général du Système d’échange d’énergie électrique ouest-africain (WAPP), une institution spécialisée de la CEDEAO, Siengui Apollinaire Ki, ces thèmes constituent des préoccupations pour nos pays, nos institutions et nos populations dans la quête d’un meilleur accès à l’énergie pour tous.

   

Selon Alfa Oumar Dissa, Ministre des Mines, des carrières et de l’énergie, la SEERA entre en droite ligne avec les ambitions du gouvernement. « L’objectif des actions initiées par le gouvernement est d’accroître le taux de couverture national en électricité et le porter à 80% à l’horizon 2020, tout en mettant fin au délestage chronique », a indiqué le Pr Dissa. Pendant trois jours, les exposants venus de plusieurs pays de la sous-région et de l’Europe présentent des facilités d’accès à l’énergie et à l’énergie renouvelable.Jacques Théodore Balima - Lefaso.net


 


 


http://www.ecodufaso.com/semaine-des-energies-et-energies-renouvelables-dafrique-mariage-reussi-entre-le-siero-et-les-jpee/Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique : Mariage réussi entre le SIERO et le JPEE

 

La ville de Ouagadougou a vibré du 6 au 8 mai au son des énergies renouvelables et de l’environnement. Les professionnels du secteur, Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables de Ouagadougou (SIERO) et les Journées de Promotion de l’Efficacité Energétiques (JPEE) ont réuni les différents acteurs nationaux et Ouest Africain autour de la question dans l’enceinte du SIAO.

 

                            

En Afrique de l’Ouest, la crise énergétique est bien réelle, en témoigne les nombreux délestages constatés, que ce soit au Burkina Faso, au Bénin, en Côte d’Ivoire, etc. Cette crise est la preuve que l’énergie est une denrée rare. C’est pourquoi il faut prendre conscience de cette réalité afin de trouver des solutions de réponses profitables à toute la communauté.

Ces propos du Secrétaire Exécutif du Système d’Echanges d’Energies Ouest Africain, Apollinaire Ki, parrain de la Semaine des Energies et des Energies Renouvelables résument donc toute la nécessité de la ténue de la rencontre. La SEERA est un véritable cadre de création d’espaces de promotion réelles des énergies qui peuvent contribuer à l’extension des financements des énergies foi du Coordonnateur du SIERO, Cheick Omar Yéyé. La synergie créée entre le SIERO et les JPEE pour l’organisation e la SEERA est à saluer a-t-il remarqué puisque cela permettra une grande portée et un succès à la hauteur des objectifs des organisateurs.

SEERA 2016 : Développer le marché du privé

Organisée conjointement par le SIERO et les JPEE, la SEERA 2016 a tenu ses promesses. En effet, au cœur de cette première édition, au-delà de l’exposition, les conférences débats ont mobilisé les participants autour de l’un des thèmes porté sur la « Place des financiers » dans le développement de l’efficacité énergétique. Les conférenciers de cette première session de conférence ont noté l’absence réelle de lois sur l’efficacité énergétique à même de motiver les investisseurs. Le développement de projet de croissance du marché financier accordant une place de choix à l’efficacité énergétique et la mise en place d’une agence des énergies renouvelables en cours de validation sont d’autres axes qui permettront d’attirer plus d’investisseurs dans le secteur foi des conférenciers. Il faut noter que la formation des ressources humaines n’a pas été omise puisse que point clé de ce processus d’adoption de l’efficacité énergétique. En tous cas, les professionnels sont convaincus que le secteur peut se développer, seulement, à condition que les contraintes évoquées soient relevées.
Pour l’heure c’est autour d’un dîner gala ambiancé par les notes musicales et des remises de certificat de participation que la SEERA 2016 s’est refermée. Rendez-vous a été pris pour 2017.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Last modified on 23 Avr 2017