La sensibilisation des populations

SEERA 2017

« La sensibilisation des populations est le socle de l’efficacité énergétique », selon le Ministre de l’Énergie

 pps

L’ancrage de l’efficacité énergétique réside dans la sensibilisation des populations, a déclaré mardi le ministre burkinabè de l'Énergie Pr Alfa Oumar DISSA. C’était le mardi 02 mai 2017à Ouagadougou,lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de la Semaine des Énergies et Énergies Renouvelables d’Afrique (SEERA).

Le Ministre Alfa Oumar DISSAa animé la conférence inaugurale de cette 2ème édition de la SEERA.L’auteur affirme que"La sensibilisationest le socle de l’efficacité énergétique ‘’. Il poursuit, qu’il faut que les questions des économies d’énergies apparaissent (clairement) dans les programmes d’éducation civique".

Selon leMinistre DISSA, l’avenir de l’électricitéréside dans l’efficacité énergétique car, "qui économise l’énergie, produit de l’énergie et protège l’environnement".

S’exprimant sur le déficit énergétique du continent noir,  M. Dissa a précisé qu’en Afrique, environ 70% de la population n’ont pas accès à l’électricité, tant bien qu’en 2014, le même continent enregistrait 16% de la population mondiale avec seulement 6 % de la consommation mondiale d’énergie.Cependant, a-t-il indiqué, le continent ne déverse que 3% de gaz carbonique dans l’environnement.

Pour le ministre de l’Énergie, le monde entier s’est résolument tourné vers les énergies vertes et "le Burkina Faso ne va pas ramer à contre-courant" de cette tendance. En effet, notre pays s’est fixé comme objectif d’atteindre 30% des énergies renouvelables d’ici 2020.

"Le soleil est disponible au Burkina Faso. Or l’éclairage constitue à lui seul, 30 % de l’offre de la Société nationale d’électricité subventionnée par l’Etat à hauteur de près de 12 milliards de FCFA par an. Cette situation, affirme le Ministre, peut être résolue à 80% par le solaire.

"Il faut que nous travaillions à faire comprendre aux populations que l’énergie solaire est très rentable (…) il faut que les ménages se tournent vers des systèmes autonomes", a-t-il lancé aux panélistes.

Pour arriver à des résultats probants dans le domaine de l’énergie solaire, le ministre de l’Énergie préconise, entre autres, la formation de personnels et le contrôle des équipements.

Le Parlement burkinabè a voté en avril dernier, à l’unanimité,  une loi consacrant la libéralisation du secteur de l’énergie. Cette loi autorise les sociétés privées à s’investir dans la production et la vente de l’électricité pour faire face au déficit énergétique dans un pays où le taux de couverture en électricité est de 19 %.

La nouvelle loi sur l’énergie consacre, entre autres,  la suppression de la segmentation permettant l’installation de producteurs indépendants d’électricité sur l’ensemble du territoire national, la possibilité pour les clients de s’approvisionner en électricité auprès des fournisseurs de leur choix.

 FDE

Dramane Traoré