26 Mar 2019
13

SEERA_2019 : le Royaume du Maroc, un géant des Energies Renouvelables en Afrique

Maroc

 

SEERA_2019 : le Royaume du Maroc, un géant des Energies Renouvelables en Afrique

Pour cette troisième édition de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA), qui se déroulera du 04 au 06 avril 2019 dans le Complexe du Centre international de Conférences de Ouaga2000, à Ouagadougou, au Burkina Faso, le Royaume du Maroc a été choisi comme pays invité d’honneur.

Le Maroc promeut véritablement le développement des énergies renouvelables. Ce pays a fait les choix stratégiques suivants : optimisation du bouquet électrique, développement des énergies renouvelables, promotion de l’efficacité énergétique.

La délégation marocaine qui fera le déplacement sur Ouagadougou, est composée de plusieurs experts du secteur de l’Energie et du monde de la Recherche et des Entreprises.

-Masen et AMEE, les bras armés du Maroc-

Le Masen qui est le groupe chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc sera présent. Acteur central dédié à la valorisation des ressources renouvelables, Masen transforme l’énergie naturelle en énergie de développement.

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) qui est une institution publique stratégique, dont la mission est de contribuer à la mise en œuvre de la politique énergétique nationale du Maroc, visant la réduction de la dépendance énergétique et la préservation de l’environnement, à travers la démocratisation et la promotion de l’efficacité énergétique, est aussi annoncée.

L‘AMEE a pour principale mission la réalisation et la coordination des programmes d’efficacité énergétique ; elle propose également un plan national et des plans sectoriels et régionaux de développement de l’efficacité énergétique.

C’est donc en connaissance de cause que pour la deuxième fois consécutive le Comité d’organisation a porté son choix sur le Maroc en comme pays invité d’honneur de la SEERA pour partager ses expériences avec le Burkina Faso.

23 Mar 2019
20

SEERA_2019 : L’histoire entre la Banque Mondiale et les JPEE pour la Promotion de l’efficacité énergétique continue

Dans l’optique de résorber la forte demande énergétique au Burkina Faso, le Ministère de l’Energie a entrepris des actions fortes en matière de promotion de l’efficacité énergétique dans les ménages et dans tous les secteurs d’activités du pays. L’une de ces actions reste l’organisation des Journées de Promotion des Economies d’Energie (JPEE), sous l’impulsion de la Banque Mondiale à travers le projet d’appui au secteur de l’électricité (PASEL). Ces journées se tiennent en marge de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA), du 04 au 06 avril 2019 à Ouagadougou, dans le centre international de Conférences de Ouaga 2000.

Initiées depuis 2010, les JPEE sont organisées avec l’appui financier du Projet d’Appui au Secteur de l’Electricité (PASEL) et constituent un canal efficace pour diffuser les connaissances et les informations utiles à la compréhension et à la promotion de l’efficacité énergétique dans les différents secteurs d’activités. Ces journées sont un cadre d’échange d’expériences, de promotion de technologies économes en énergie, de formation et de sensibilisation des acteurs du domaine à la maîtrise de l’énergie.

Activités des JPEE 2019

Les journées de promotion des Economies d’Energie se déroulent essentiellement en deux volets :

-      1er volet : Conférences et ateliers de formation, d’information et de sensibilisation sur les économies d’énergie ;

-      2ème volet : Exposition de matériels électriques et de technologies économes en énergie.

-      Au titre des conférences et panels : Des thèmes d’intérêts, en rapport avec l’énergie, seront définis et des communicateurs identifiés en vue de l’animation de ces conférences. Les thèmes pourraient être orientés autour des axes suivants :

ü  Le comportement de la population ;

ü  Les économies d’énergie comme une des solutions à la crise énergétique au Burkina Faso ;

ü  Les technologies d’efficacité énergétique relatives :

  • à l’enveloppe de bâtiment ;
  • à l’alimentation électrique ;
  • à l’éclairage ;
  • à la climatisation
  • aux moteurs électriques,
  • aux groupes électrogènes.

-      Au titre de l’exposition : Des expositions d’équipements électriques se tiendront en marge des conférences. Il s’agit principalement de permettre aux fabricants et fournisseurs d’équipements électriques innovants, orientés vers les économies d’énergie, de montrer et de faire la promotion de leurs équipements. Ce sera aussi l’occasion pour le grand public de découvrir certaines technologies et de prendre conscience de la nécessité de s’orienter vers les équipements performants.

Les Expositions se dérouleront dans la salle Polyvalente de Ouaga2000. Des stands sont mis en location au profit des exposants qui opèrent dans le domaine de la maîtrise de l’énergie et qui proposent des technologies et/ou équipements innovants, orientés vers la réduction des consommations d’Energie.

 banque mondiale logo

DSIC/DGEE

23 Mar 2019
16

SEERA_2019 : Inscrivez-vous pour la visite samedi 6 avril, de la Centrale Solaire Photovoltaïque de Zagtouli

Dans le cadre de la troisième édition de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA), qui s’ouvre le jeudi 04 avril prochain dans le Centre international de Conférences de Ouaga 2000, le Comité national d’organisation a prévu une visite, le samedi 6 avril, de la Centrale Solaire Photovoltaïque de 33 MWc de Zagtouli et du Point d’injection de l’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou - SONABEL

Pour les inscriptions, vous pouvez contacter la responsable : Mme KY Germaine (70 97 39 60 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Des cars seront mis à la disposition des participants.

On rappelle qu’à l’édition précédente les visites se sont déroulées sur trois (3) sites, notamment, le complexe BELWETT, la centrale électrique biogaz de FASOBIOGAZ et le chantier de la centrale solaire photovoltaïque de 33MWc de Zagtouli.

Environ 120 participants avaient pris part à ces visites qui se sont relevées instructrices pour l’ensemble des visiteurs. Les participants ont exprimé une satisfaction générale à l’issue de ces visites sur la base de la synthèse des évaluations formulées par les intéressés (68 fiches renseignées):

-        94% de satisfaction sur l’organisation générale des visites ;

-        99% de satisfaction sur la visite de la centrale biogaz de FASOBIOGAZ ;

-        94% de satisfaction sur la visite du complexe BELWETT ;

-        96% de satisfaction sur la visite du chantier de la centrale solaire PV de Zagtouli.

Selon le rapport général de la SEERA, plusieurs participants avaient affirmé avoir appris énormément sur les possibilités et les opportunités offertes par le développement des énergies renouvelables.

Les Visiteurs avaient manifesté leur intérêt pour une visite de la centrale solaire PV de Zagtouli lors de la prochaine édition.

photo darchive 2

photo archive 3

23 Mar 2019
17

SEERA_2019 : "Dans les villes comme dans les campagnes on peut édifier de nouvelles infrastructures électriques plus adaptées aux enjeux de développement", Pr Brayima DAKYO

DAKYOLe Pr Dakyo est l’un de nombreux panelistes de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA) qui s’ouvre le 04 avril prochain à Ouaga 2000 à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le Pr Dakyo a prévu d’orienter sa communication sur les enjeux énergétiques dans la ville.

Un bref aperçu de la Communication du Pr Dakyo.

Thème : Quelle place pour la coopérative énergétique dans la ville africaine du futur?

Prof Brayima DAKYO

Résumé de la problématique

Les besoins et les bienfaits de l’électricité pour la vie moderne ne font que croitre. Contraints par les enjeux climatiques et le coût des hydrocarbures les modes de production et de consommation d’énergie ainsi que les architectures de réseau intègrent des sources renouvelables intermittentes et des charges réparties importantes. Nous sommes face à un changement de paradigme drastique ou nous passons d’une production d’énergie en fonction de la demande à une production décentralisée à fort impact climatique et sociétal. Le réseau se transformera en un réseau plus maillé et « ilotable » et sera caractérisé comme système cyber-physiquecôté en bourse.

C’est là une chance pour les états africains dont les réseaux sont pour la plus part relativement récents et faiblement maillés. Dans les villes comme dans les campagnes on peut édifier de nouvelles infrastructures électriques plus adaptées aux enjeux de développement sociétal dans un espace culturel très spécifique. L’Afrique a besoin d’une voie rapide vers une électricité plus largement disponible, durable et fiable pour les ménages.

Les scenarios énergétiques des villes doivent et peuvent favorablement inciter à mettre en œuvre des stratégies innovantes de construction d’infrastructures et de gestion de l’énergie,via l’électricité,fondées sur une appropriation du concept de micro réseaux interconnectés potentiellement plus résilients et souples. Un examen approfondi des politiques et des cadres réglementaires doit être entrepris incluant des incitations fiscales à la carte.

L’exposéaborde les questions de performances « systèmes » mais aussi d’inclusion sociale pour tenter de répondre aux défis multiples du déploiement de micro réseaux en milieu urbain africain.

Mots clefs :

Techniques, codes et règlementation : Micro réseaux hybrides,Efficacité, stockage, intelligence de développement durable, Intelligence Economique, Intelligence de fourniture et consommation d’énergie,normalisation.

Réception Sociétale et dialogue : Solidarité, responsabilité, arbitrage.