TIENE

TIENE

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La soirée gala marquant la clôture de la 2ème édition de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA)

SEERA 2017

La soirée gala marquant la clôture de la 2ème édition de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA) a eu lieu ce samedi 06 mai à l’Hôtel Royal Beach à Ouagadougou. Elle a été ponctuée de discours, de prestations d’artistes et de lecture des conclusions et recommandations issues des travaux.

Avec environ 300 participants, une vingtaine de conférences et communications, 3 tables rondes, 2 journées scientifiques et des visites de terrains, le bilan de la SEERA 2017 est jugé satisfaisant, selon le Président du Comité National d’Organisation (CNO). Aux dires de Mabourlaye NOMBRE, l’un des acquis majeurs de cette édition a été la participation active du secteur privé. Plusieurs associations et organisations ont en effet fait parlé d’elles, au nombre desquelles l’Association Burkinabè des Acteurs et Professionnels de l’Efficacité Energétique (ABAPEE), l’Association des Professionnels des Energies Renouvelables (APER) et le Centre d’Investissement Durable (CID).

Cette 2ème édition de la SEERA a regroupé plusieurs initiatives de promotion des énergies comme les Journées de Promotion des Economies d’Energie (JPEE), le Forum Régional des Energies Renouvelables (FORER), les Journées Gaz et Pétrole Liquéfié (J/GPL), le Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables de Ouagadougou (SIERO) et les Journées Scientifiques Efficacité Energétique et Energies Renouvelables.

La qualité des échanges ont conduit les participants à formuler une dizaine de recommandations au nombre desquelles la prise en compte des jeunes et du genre en vue de l’enrichissement des débats.

Comme innovations majeures, on note le parrainage de la manifestation par une personnalité de renom en la personne du Dr Lassina ZERBO, Secrétaire Exécutif de l’Organisation du Traité sur l’Interdiction Complète des Essais Nucléaires et le choix du pays invité d’honneur,le Maroc qui est un des pionniers en Afrique, à s’être résolument tourné vers les énergies renouvelables.

Cette 2ème édition a consacré l’institutionnalisation de la SEERA à travers la création d’un logotype et d’un site web. Au regard de son importance, le nouvel organigramme du Ministère de l’Energie a même prévue la création d’un secrétariat permanent exclusivement dévolu à l’organisation de l’évènement.

Le premier responsable du département, quant à lui, est confiant en l’avenir. Le Pr Alfa Oumar DISSA affirme que si « La SEERA a réussi en deux ans, à implanter solidement ses racines ; Pour les années à venir, cette manifestation pourra pousser des branches solides sur lesquelles nous pourrons-nous assoir. » 

A terme, l’ambition affichée est d’associer le plus d’intervenants aussi bien de l’Afrique que du reste du monde pour un ancrage fort de l’évènement. Et le Ministre de conclure « Je suis persuadé que la SEERA se positionnera comme une véritable vitrine fédératrice de toutes les initiatives de développement des énergies renouvelables et de la promotion de l’efficacité énergétique pour un accès durable à l’énergie pour tous ». C’est sur ces notes d’espoir que la 2ème édition de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (SEERA) s’est achevée.

Rendez-vous dans la première semaine du mois de mai 2018 pour la 3ème édition.

Aïcha BARRO/Arnold ROUAMBA

Les dix (10) points de recommandations formulées par l’ensemble des participants de la SEERA

Les dix (10) points de recommandations formulées par l’ensemble des participants de la SEERA :

  1. Assurer le rayonnement de la SEERA au niveau des autres régions du Burkina Faso ;
  2. Associer plus d’intervenants en provenance d’Afrique et du monde ;
  3. Assurer une communication plus large de l’évènement aussi bien au niveau national qu’en Afrique et à l’international ;
  4. Associer les banques et les institutions financières à l’activité ;
  5. Susciter et encourager la participation des jeunes et des femmes, prévoir des panels  « Femmes et Energies » et « Jeunes et Energies » lors de la prochaine édition ;
  6. Aménager les programmes des étudiants pour leur permettre de participer pleinement à l’évènement et envisager des séances spécifiques d’information  et de formation ;
  7. Susciter une plus grande implication des entreprises pour la prochaine édition et favoriser la participation des entreprises locales dans les marchés publics en lien avec l’accès aux services énergétiques, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique ;
  8. Accorder un intérêt particulier à la formation des techniciens intervenant dans le domaine de l’énergie en favorisant la mise en place de qualifications et de certifications, en particulier dans le domaine des énergies renouvelables ;
  9. Introduire des programmes de sensibilisation sur l’efficacité énergétique aux niveaux du primaire et du secondaire pour une culture de bonnes pratiques dès le plus jeune âge ;
  10. Consolider les acquis engrangés dans le domaine de l’accès aux services énergétiques, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en poursuivant leur promotion et en adressant des solutions appropriées au monde rural.

Cérémonie d'ouverture 2

Ouverture de la  deuxième édition de la Semaine des Energies et énergies renouvelables d’Afrique à Ouagadougou

La deuxième édition de la semaine des énergies et énergies renouvelables d'Afrique (SEERA) a ouvert, mardi 02 mai 2017 à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso sous le thème: "Promotion du mix énergétique et de l'efficacité énergétique pour un accès durable à l'énergie pour tous".

"Le Gouvernement du Burkina Faso a fait l'option claire d'une transition énergétique vers la promotion de l'efficacité énergétique, des énergies vertes et renouvelables avec singulièrement une orientation vers l'énergie solaire conformément

aux engagements pris par le président du Faso dans son programme quinquennal, pour apporter une réponse au déficit structurel de l'offre et réduire les prix", a déclaré à l'ouverture des travaux le ministre burkinabè en charge de l'énergie, le Pr ALFA OUMAR DISSA.

SEERA 2017 ouverture

Dans ce sens, a-t-il poursuivi, il s'agira d'accroître la capacité de production d'électricité à travers notamment la construction de centrales solaires, la promotion d'installations solaires par les particuliers et la poursuite des projets en cours dans le domaine de la production hydroélectrique et de l'interconnexion avec le Ghana.

Arrêté Ministériel portant création de la SEERA

banqbanquemondiale

MINISTERE DE l’ENERGIE,DES MINES ET DES CARRIERES                            BURKINA FASO
-------                                                                                                                    Unité – Progrès – Justice
SECRETARIAT GENERAL
-------
DIRECTION GENERALE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE
----

Arrêté N°____________MEMC/SG/DGEE portant création, attributions, composition et fonctionnement du Comité National d’Organisation de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique (CNO/SEERA) 2017.

LE MINISTRE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

TDR SEERA 2017

TERMES DE REFERENCE de l’EDITION 2017 DE LA SEMAINE DES ENERGIES ET ENERGIES RENOUVELABLES D’AFRIQUE (SEERA


Janvier  2017

 

I- Contexte et Justification

La maîtrise de l’Energie est une question fondamentale pour de nombreux Etats qui font face à une crise énergétique récurrente depuis plusieurs décennies. Les réflexions menées en vue de trouver des solutions durables à la problématique de la demande en énergie ont démontré que les investissements en capacité de production doivent nécessairement être accompagnés d’une politique de consommation rationnelle de l’énergie dans tous les secteurs d’activités socioéconomiques (ménages, administration, PME/PMI, Industries, transport etc.).

Rapport final JPEE 2016

Introduction

Le contexte énergétique burkinabè est caractérisé par :

-     une forte dépendance de la production d’électricité aux combustibles fossiles importés qui grèvent la compétitivité de l’économie et limitent l’accès des énergies modernes à une large majorité des ménages ;

-     une demande d’énergie en forte croissance, environ 12% par an due notamment au développement des activités économiques et à la croissance ;

-     des difficultés pour satisfaire la demande à la pointe ;

L’air à l’origine de l’énergie éolienne

jatropha

Les ancêtres des éoliennes sont les moulins à vent. Les éoliennes produisent de l'énergie, de l'électricité par exemple, à partir du déplacement des masses d'air.  

L'énergie hydraulique grâce aux courants marins

L'énergie hydraulique est directement obtenue par l'eau, que ce soit à partir des barrages, des marées et courants marins, des vagues ou de la rencontre de l'eau douce et de l'eau salée. Pour rester renouvelable, l'énergie thermique des mers, qui provient de la différence de température entre les eaux profondes et les eaux de surface, doit quant à elle être exploitée avec prudence, pour éviter notamment toute perturbation des flux naturels des mers.

L’énergie biomasse issue des matières organiques

L'énergie biomasse comprend le bois, les biocarburants (issus de végétaux comme le colza ou la betterave) ou encore le biogaz. Cette énergie est produite par la combustion ou la métabolisation de matières organiques.

Puiser l’énergie du sol, la géothermie

La géothermie est une énergie renouvelable provenant de l'extraction de l'énergie contenue dans le sol. Elle peut être utilisée pour le chauffage mais aussi pour la production d'électricité. Il s'agit de l'une des seules énergies ne dépendant pas des conditions atmosphériques.

Notons toutefois que pour que l'énergie géothermique demeure durable, le rythme auquel est puisée cette chaleur ne doit pas dépasser la vitesse à laquelle celle-ci voyage à l'intérieur de la Terre.

Page 1 sur 2